Quels sont les impacts du télétravail sur l'environnement?

#conseil #startup #teletravail #écologie

 En 2021, 31% des salariés ont travaillé au moins un jour par semaine à distance. Nous vous en parlions la semaine dernière en vous présentant nos 5 outils préférés, l’équipe d’Agrid pratique le télétravail au quotidien. 

24 MAI 2022

Quels sont les bénéfices pour l'environnement ?

Le télétravail s’étant démocratisé depuis la pandémie, nous avons désormais un peu plus de recul sur les avantages environnementaux de cette pratique.

Selon un rapport de l’ADEME, 56 % des déplacements (tous modes confondus) réalisés par les Français un jour moyen de semaine sont dûs au travail. 

Ils ont ainsi calculé qu’une journée de télétravail permettrait de réduire de 69% le volume des déplacements. 

Durant les précédents confinements, nous avons pu constater que l’émergence du télétravail permettait de réduire considérablement les pollutions associées et ainsi améliorer la qualité de l’air. 

Le télétravail permettrait d’éviter le gaspillage de 3 300 tonnes de CO2 rien que sur les heures de pointe d’une journée. L ’Ademe estime qu’un seul jour de télétravail hebdomadaire permettrait d’économiser 271 kilos de CO2 par an. 

Selon le bilan annuel du Global Carbon project, les émissions de C02 auraient chuté de près de 7 % en 2020. Vous pouvez d’ailleurs calculer une estimation des émissions de C02 que vous économisez en télétravaillant grâce à la calculatrice de l’ADEME.

Véritable sujet d’actualité, le télétravail séduit 98% des français (selon un sondage CGT 2021) , il contribue au bien être de ses pratiquants mais est-il 100% bénéfique pour l’environnement ?

Les effets bénéfiques du télétravail  sur l’environnement reposent sur l’économie d’énergie réalisée par les bâtiments tertiaires ainsi que la réduction drastique des trajets domicile-travail. Ces effets bénéfiques sont fortement modulés par le changement de comportement des français induits par le télétravail.

En effet, une personne en télétravail va économiser un aller-retour domicile travail mais la souplesse de son mode de travail et de son mode de vie lui permettant de se déplacer en journée (sport, course, école, etc..) annule une partie des économies de C02 réalisés.

Les bâtiments tertiaires sont bien souvent pensés pour l’optimisation énergétique  , contrairement à nos logements. Il s’avère que nous avons tendance à plus consommer individuellement que dans un bâtiment dédié au travail. 

Internet est quant à lui responsable de 4% des gaz à effet de serre (soit le double du transport aérien). En optant pour l’utilisation systématique d’internet pour le télétravail, ainsi que la multiplication des flux vidéos (visioconférences en particulier), l’impact environnemental n’est pas négligeable et à terme sera dommageable.

Etude Greenspector de 2021

étude greenspector

Comment éviter l’effet rebond?

Pour pérenniser l’impact bénéfique du télétravail sur l’environnement, et affaiblir l’effet rebond, nous avons quelques pistes. 

  • Privilégiez une connexion wifi qui est moins énergivore que la 4G.
  • Lors des visioconférences, vous pouvez laisser votre caméra éteinte.
  • Equipez votre logement de lumières basse consommation
  • Privilégiez les systèmes de visioconférence les moins polluants (comme Google Meet)
  • Éteignez votre ordinateur après votre travail
  • Installez votre bureau loin des courants d’air, cela améliorera votre bien-être et réduira vos besoins en chauffage.

Pour finir, nous espérons qu’avec une utilisation avertie et raisonnable du télétravail, nous pourrions obtenir un effet rebond favorable pour l’environnement.

Quelques liens pour en savoir plus :